Vous êtes iciAccueil>Accueil>Accueil
Le blog, derniers posts
dimanche, 09 avril 2017 14:46

Les pouvoirs du président

Écrit par

 

De son côté, le gouvernement détermine et conduit la politique de la nation. Dans la pratique, lorsque le président de la République et l’Assemblée nationale détiennent leur légitimité de la même majorité, le chef de l’État inspire la politique gouvernementale.

 

Profile

La Constitution de la Ve République fait du président la "clé de voûte des institutions", selon l’expression du Premier ministre du régime, Michel Debré. La liste de ses attributions est longue. Il incarne notamment l’autorité de l’État, veille au respect de la Constitution et dispose de pouvoirs spéciaux en cas de péril grave de la nation. Il est aussi le chef des armées et de la diplomatie, nomme le Premier ministre, promulgue les lois et peut dissoudre l’Assemblée nationale.

La Constitution modifie également le système électoral afin de conférer au président une légitimité démocratique en rapport avec l’étendue de ses nouveaux pouvoirs. Auparavant choisi par le Parlement, le chef de l’État était dès lors élu, pour une durée de sept ans, par un collège de 80 000 grands électeurs (parlementaires, conseillers généraux et élus municipaux). L’objectif : faire de lui "le président de l’Union française", comme le souhaitait le général de Gaulle dès 1946, dans son discours de Bayeux.

ProfileLes étudiants de BTS SIO 1 se sont lancés dans l'aventure, Il s'agit d'un travail collectif même si tout le monde n'a pas un rôle important. Le scénario a totalement été écrit par eux. La vidéo fait partie de la sélection officielle. le dossier a été retenu parmi les 2324 candidatures envoyées. Il faut maintenant patienter jusqu'au 23 mai jour des résultats finaux.

 

 

Votez pour la vidéo des étudiants

 
vendredi, 07 avril 2017 05:24

Histoire d’élections…

Écrit par

Profile

Charles de Gaulle (1959-1969)

Le général de Gaulle est élu par les grands électeurs le 21 décembre 1958, avec 78,5 % des suffrages exprimés. Il est réélu en 1965 au suffrage universel direct.

 

Georges Pompidou (1969-1974)

Après la démission du général de Gaulle en 1969, Georges Pompidou est désigné au second tour avec 58,2 % des voix. Mais il décèdera le 2 avril 1974 avant la fin de son mandat.

 

Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981)

Les élections de 1974 sont marquées  par un nombre record de 12 candidats  et la première candidature féminine : celle d'Arlette Laguiller. À l’issue d'un second tour serré contre François Mitterrand, Valéry Giscard d’Estaing est élu avec 50,8 % des suffrages.

Profile

Les candidats doivent remplir à la fois des conditions de fond et des formalités définies par la loi organique du 6 novembre 1962 modifiée le 5 avril 2006 et les lois ordinaire et organique du 25 avril 2016 de modernisation des règles applicables aux élections et à l’élection présidentielle.

 

 

Il existe plusieurs conditions de fond. Le candidat doit :

 

  • ·         avoir la nationalité française ;
  • ·         avoir 18 ans révolus (art. LO 127 du code électoral) ;
  • ·         être électeur (art. LO 127) ;
  • ·         ne pas être privé de ses droits d’éligibilité par une décision de justice (art. L. 6 et L. 199),
  • ·         ne pas être placé sous tutelle ou sous curatelle (art. L. 200),
  • ·         avoir satisfait aux obligations imposées par le code du service national (art. L 45) ;
  • ·         faire preuve de « dignité morale », sans que cette notion soit précisément définie.
Page 3 sur 24